Privation des droits

La Colombie Britannique rejoint la Confédération en 1871. L'année suivante, la première Assemblée législative adopte une loi pour priver les Indiens autochtones et les Chinois de leurs droits. Les villes et municipalités de la Colombie Britannique emboîtent le pas et privent les Chinois de leurs droits aux élections. A partir des années 1870, la discrimination contre les Chinois devient une pratique systématique et caractéristique des citoyens blancs en Colombie Britannique. Le recensement de 1881 du Canada énumère 4.383 Chinois au Canada, dont 4.350 résidaient en Colombie Britannique, 22 en Ontario, 7 au Québec, et 4 du Manitoba. Avant les années 1900, presque tous les Chinois au Canada étaient concentrés en Colombie Britannique. Par conséquent, la province avait le mouvement anti-chinois le plus fort.