L’avant immigration

Au printemps 1788, le capitaine John Meares, un commerçant de fourrures britanniques, recrute 50 forgerons et charpentiers chinois à Macao et Guangzhou (Canton), et les embarque pour le Canada. Le 13 mai, les Chinois débarquent à Nootka Sound, sur l'île de Vancouver, et l'année suivante 70 travailleurs chinois sont amenés par le même capitaine Meares. Ils lui ont construit une forteresse et une goélette de 40 tonnes. Leur savoir-faire, leur obéissance et leur diligence l’ont tellement impressionné qu'il écrivit dans ses Mémoires: «Si de nouveaux postes de commerce devaient s’ouvrir sur la côte américaine, une colonie de ces hommes devrait constituer un atout très important. » Ses propos furent prophétiques. L’approvisionnement en main d’oeuvre chinoise devenait quasi-indispensable durant la campagne de défrichement des terres vierges de la Colombie Britannique. Durant l'été 1789, les Espagnols arrivent à Nootka Sound et se battent contre les Anglais. Le mystère règne toujours sur le sort de la communauté chinoise, certains ayant été emprisonnés par les Espagnols, d’autres évadés ou probablement tués. Durant les 69 années après 1789, il n'y eut plus de preuve écrite de nouvelle arrivée de Chinois sur la côte ouest du Canada.