Des soldats indésirables

Après le déclenchement de la guerre en septembre 1939, les gouvernements de la Colombie Britannique et de la Saskatchewan s'opposèrent fermement à l'enrôlement de soldats asiatiques dans les forces armées, craignant qu'ils ne demandent à être affranchis après la guerre. Malgré l'opposition, de nombreux jeunes chinois nés au Canada s’enrôlèrent volontairement pour le service militaire pour prouver leur loyauté envers le Canada, même s’ils n'étaient pas traités comme des soldats canadiens. C'est seulement après que le Japon entra en guerre que les Anglais commencèrent à recruter des Canadiens chinois pour infiltrer et combattre derrière les lignes japonaises en Chine, à Sarawak et en Malaisie. Ils ont été finalement autorisés à entrer dans les forces armées canadiennes, et plus de 600 Canadiens chinois ont servi dans la Deuxième Guerre Mondiale. Le 14 mai 1947, le gouvernement fédéral abroge la loi sur l'exclusion et par la suite d'autres lois discriminatoires contre les Chinois. La politique d'immigration de 1962 ouvre la porte à l'immigration chinoise. Par conséquent, le nombre de nouveaux immigrants chinois passe de 876 en 1962 à 5.178 en 1966.